Samedi 10 octobre 2015, Maule participe à la 7ème édition du Jour de la Nuit

Le ciel étoilé accompagne l’homme et ses ancêtres depuis bien avant la Préhistoire et à probablement modelé son psychisme.

Depuis une cinquantaine d’années, notre mode de vie avec ses enjeux commerciaux, de prestige par l’éclairage des monuments, et même par ses enjeux électoraux, alimente une course à l’éclairage systématique et permanent.

Pourtant, la « pollution lumineuse » qui en découle entraîne des impacts sur nous et notre environnement sans que l’on en ait forcément conscience.

Pollution lumineuse, quels effets ?

Chez l’humain comme pour de nombreux mammifères, certaines hormones ne sont produites qu’en phase d’obscurité complète. C’est le cas par exemple de la mélatonine, appelée « hormone du sommeil » qui possède de nombreuses vertus et joue un rôle essentiel dans le métabolisme humain.

La lumière intrusive, celle de l’éclairage des rues dans la chambre, par exemple, fait l’objet de normes (rappelées par le décret N°2011-831 du 12/07/2011, mais malheureusement insuffisamment appliquées) pour éviter ses effets néfastes.

Au niveau de la faune et la flore, la chaîne alimentaire globale est déséquilibrée. Un exemple facilement constatable par tous : attirés par la lumière, les insectes se concentrent autour des points éclairés. Outre qu’ils y meurent  en tournoyant jusqu’à épuisement (1,3 milliards d’insectes meurent chaque nuit en France !), ils provoquent la concentration de certains de leurs prédateurs, condamnant à mort ceux qui à l’inverse ne supportent pas la lumière ou entraînant la réduction de certains, l’hirondelle par exemple.

Du fait de ces regroupements, la carte de la polonisation (réalisée par les insectes) se trouve elle aussi modifiée, avec  la disparition d’une partie de la flore, entraînant à son tour un impact sur d’autres espèces, etc…

De nombreuses études l’attestent, les écosystèmes animal et végétal en sont profondément modifiés.

Sur notre économie également !

En tant que particulier, nous sommes incités à éteindre les éclairages inutiles. L’éclairage des lieux publics représente de fortes dépenses  et même si elles sont partagées, elles pèsent néanmoins sur le portefeuille de chaque contribuable.

Telle Maule, de plus en plus de commune prennent conscience de ces enjeux en modernisant les éclairages de rues et de bâtiments publics.

L’effet est triple : plus d’économies, moins de pollution lumineuse, moins de CO² émis !

Toutefois, l’obscurité étant ressentie comme non sécurisante, des efforts de pédagogie sont nécessaires pour faire partager l’idée aux concitoyens.

Alors pour prendre conscience de nos comportements guidés par l’habitude et adopter des attitudes plus naturelles, profitons pleinement du Jour de la Nuit.

Le 10 octobre prochain, les éclairages publics seront tout ou partie éteints afin de profiter du spectacle des étoiles et peut-être découvrir la galaxie d’Andromède, aujourd’hui invisible à cause de nos halos de lumière.

Pour que la fête soit complète, réduisez aussi vos éclairages individuels et profitez de la nuit noire pour faire une nuit blanche Le jour de la Nuit !

Pour aller plus loin : www.jourdelanuit.fr